Aller au contenu principal
Association des spécialistes en chirurgie plastique et esthétique du Québec

Historique

Au XIXe siècle, bien avant qu'une spécialité en chirurgie esthétique ne soit constituée et reconnue, des chirurgiens pratiquent avec un succès relatif des opérations visant à réparer un palais fendu, à corriger un bec de lièvre, à reconstituer une partie de visage à la suite d'un accident ou à pratiquer des greffes de peau sur des grands brûlés.

Parmi les précurseurs québécois qui pratiquent ce type d'intervention figurent les docteurs John Stephenson de l'Université McGill, Dudley Ross de l'Hôpital pour enfants de Montréal, Ralph Fitzgerald et George Hodge de l'Hôpital général de Montréal, E. Dubé de l'Hôpital Sainte-Justine et François Roy de Québec.

Au cours des deux guerres mondiales, la pratique de la chirurgie plastique et reconstructrice devient une nécessité en raison du nombre de blessés et de la gravité des blessures.

L'atrocité des plaies infligées dans les tranchées de la Première Guerre mondiale et les mutilations subies au cours des batailles terrestres, navales et aériennes pendant la Seconde Guerre mondiale exigent d'élargir considérablement le répertoire des méthodes de traitement et de reconstruction en pratique dans la chirurgie générale. En somme, les horreurs de la guerre contribuent à l'essor de la chirurgie plastique.

En 1916, le docteur Fulton Risdon est le premier chirurgien canadien à pratiquer la chirurgie plastique en tant que spécialité. Avec l'équipe de Gillies et Kazanjian du Queen's Hospital, à Sidcup dans le comté de Kent (Grande-Bretagne), il effectue la reconstruction faciale de soldats canadiens et alliés.

À partir de 1930, les domaines d'application de la chirurgie plastique s'étendent à la reconstruction faciale, à la chirurgie de la main, aux brûlures, au cancer et aux anomalies congénitales.

En 1941, afin que la chirurgie plastique ne soit pas assimilée à la chirurgie générale, Jack Gerrie suggère à Fulton Risdon de fonder une société médicale autonome.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le docteur Alfred Farmer dirige les efforts chirurgicaux canadiens. En Grande-Bretagne, Ross Tilley rebâtit des visages, des nez et des mains de jeunes soldats blessés au combat.

Vers 1944, Fred Woolhouse, officier médical de la Marine royale canadienne s'intéresse aux blessures dues au froid et aux brûlures.

Après 1945, les chirurgiens plasticiens traitent des anomalies congénitales chez les nouveau-nés, des brûlures et des traumas chez les jeunes et les adultes. Ils traitent aussi des lésions dues au cancer etétendent leur champ d'intervention au domaine de la transplantation, de la chirurgie microvasculaire, de la chirurgie craniofaciale esthétique et de la chirurgie de la main.

En 1947, 12 spécialistes de la chirurgie plastique et reconstructrice se concertent pour fonder la Société canadienne des chirurgiens plasticiens.

lls président ainsi à l'établissement d'une nouvelle discipline chirurgicale.

Les fondateurs sont Fulton Risdon (premier chirurgien plasticien au pays), Stuart Gordon, Hoyle Campbell, John Ord, Alfred Farmer, Ross Tilley, Lyman Barclay, Wallace McNichol et, du Québec, Jack Gerrie (premier chirurgien plasticien de la province), Hamilton Baxter, Fred Woolhouse ainsi que Georges Cloutier.